Le blog de la performance publique

Impulser une dynamique achat au sein d’une structure publique

| 0 Commentaires


Interview de Georges-Henri TESSEREAU,
Responsable des achats à Ecole Nationale de l’Aviation Civile

ACP FORMATION: Quels sont selon vous les 3 axes pour créer de la performance achat ?

GH TESSEREAU: La maîtrise des achats et à fortiori leur niveau de performance est variable selon les collectivités, les administrations. Cependant de façon sommaire, sur la base de mon expérience, on peut dresser le constat suivant:Dans le contexte contemporain, les 3 axes incontournables autour desquels va évoluer la fonction achat sont incontestablement :

1/ La sécurisation juridique des procédures :

On a souvent ces deniers temps reproché aux « acheteurs » de n’aborder l’achat public que sous l’angle juridico-administratif. Il y a certes une part de vrai. Cependant, force est de constater, surtout depuis la récente réforme du droit la commande publique que la professionnalisation indispensable des acheteurs ne peut plus faire l’économie de juristes spécialisés.

Cette sécurisation passe notamment par l’acquisition d’outils adaptés tels qu’un logiciel de passation.

Elle passe aussi par une politique de formation et de recrutement adaptés aux nouveaux enjeux.

2 / Réduire les coûts – Acheter mieux

Dans un contexte budgétaire de plus en plus contraint, avec des baisses de plus en plus significatives des subventions du ministère de tutelle, nous sommes devant l’obligation de repenser nos définitions de besoins, de favoriser les mutualisations pour les achats courants (au plan régional ou national) d’apprendre à raisonner en coût global et non plus seulement en coût d’acquisition et plus généralement d’envisager des plans d’ actions achats susceptibles d’entraîner des réductions de coûts sur lesquelles nos différentes instances de tutelle ne cessent de nous demander des comptes.

La généralisation de la négociation, quand la règlementation le permet, et l’apprentissage de ses techniques est désormais indispensable.

3 / L’achat durable

J’ai rédigé à l’occasion de mes fonctions précédentes de chef de bureau des marchés de la DGAC, une charte de l’achat durable applicable à tous les niveaux centraux et déconcentrés de cette administration.

Non seulement la réforme des marchés publics met en adéquation les outils de l’achat public avec les objectifs du développement durable mais elle impose la prise en considération de cette préoccupation dans l’achat, faisant ainsi écho à ‘article 6 de la Charte de l’environnement du 28 février 2005, annexée à la Constitution, qui pose que « les politiques publiques doivent promouvoir le développement durable. À cet effet, elles concilient la protection et la mise en valeur de l’environnement, le développement économique et le progrès social. ».

La notion de développement durable est donc à entendre au sens large puisqu’elle comprend trois piliers : efficacité économique, équité sociale et développement écologiquement soutenable.

Ainsi, dés lors que la nature de l’achat s’y prête, l’acheteur de l’ENAC est tenu de définir son besoin en prévoyant d’y insérer des clauses et/ou des critères de choix à caractère environnemental et social.

Le recours aux marchés réservés par ailleurs, est une expérience positive à l’ENAC tant sur le plan de la qualité technique que sur celui du prix.

 

ACP FORMATION: Quels sont les freins à lever ?

GH TESSEREAU: Comme souvent, ce sont surtout les habitudes et le « confort » qu’elles occasionnent qui sont à bouleverser.

En outre l’ENAC est passée en 2011 d’un seul établissement à 10 centres régionaux, avec autant de pratiques locales différentes.

L’hétérogénéité des habitudes comme celle des niveaux de formation aux règles de l’achat public ont nécessité beaucoup de pédagogie et de formation.

Des formations non seulement juridiques, économiques mais également sur les nouveaux outils informatiques.

La mise en place d’un comité achat centralisé à Toulouse a semblé un temps favoriser les échanges. Cette expérience, abandonnée aujourd’hui pour des raisons logistiques doit être repensée différemment.

 

ACP FORMATION: Comment accompagner le changement ?

GH TESSEREAU: A mon arrivée, les différents acteurs de la chaîne achat étaient livrés à eux-mêmes.

Pas de chef expérimenté à leur tête, pas de guides, pas de process.

J’ai donc rédigé un process achat comportant 3 volets

1/ La prévision des achats

2 La passation des achats

3/ L’évaluation des achats et des fournisseurs

Rien à mon sens de révolutionnaire, mais cependant totalement absent jusqu’alors. J’ai accompagné ce process de différents guides qui soutiennent les acheteurs dans leur quotidien

La nécessité de créer une fonction achat avec à sa tête un « Responsable des achats » s’est vue renforcée par les décrets du ministère des finances à cet égard, tout comme la création et le renforcement du rôle de la Direction des achats de l’Etat, aux travaux desquels l’ENAC est partie prenante.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.