Les emprunts

L’emprunt est une opération consistant pour une personne physique ou morale à solliciter d’un établissement de crédit la mise à disposition d’une somme d’argent pour une durée et à un taux déterminés. Cette opération est matérialisée par un contrat conclu entre l’emprunteur et le prêteur.

Cette définition donnée, plusieurs solutions et propositions sont faites aux emprunteurs. Traditionnellement, on distingue :

– Les prêts à taux fixe : un titre de dette à taux fixe signifie que le taux de rémunération est figé durant toute la durée de vie de la dette, de l’émission à sa fin de vie. Les mensualités ou annuités à verser sont donc connus d’avance pour toute la durée de l’emprunt. Ce taux est fixé par les taux d’intérêts à long terme. Le seul point garantit par le taux fixe est qu’il fige le taux de rémunération à un instant t, taux qui ensuite servira de base pour le remboursement de la dette.
– Les prêts à taux variables : dans ce prêt, le taux d’intérêt peut varier en fonction des variations du taux d’intérêt préférentiel. Dans le cadre du taux révisable, plusieurs options peuvent être proposées :

Taux révisable avec un cap et un floor :
Un Cap est un contrat de gré à gré entre deux contreparties qui permet à son acheteur de se couvrir contre une hausse des taux d’intérêt au-delà d’un niveau prédéterminé (taux plafond ou taux d’exercice, le strike), moyennant le paiement immédiat d’une prime.

Un cap à degrès : Le produit s’adresse à des emprunteurs à taux variable qui souhaitent se garantir une couverture totale à la hausse des taux, tout en bénéficiant pleinement d’éventuelles baisses, et ce, moyennant le versement d’une
prime réduite par rapport au CAP classique. En contrepartie de cette économie de prime, le CAP à degrés propose à son acheteur deux niveaux successifs de taux plafond en fonction de l’évolution de l’indice de référence.

En revanche, un Floor est un contrat de taux d’intérêt qui, moyennant le paiement d’une prime, permet à son acheteur de se couvrir ou de tirer profit d’une baisse des taux monétaires en deçà d’un certain niveau (taux plancher ou taux d’exercice).

Les taux révisables ont donné lieu à un élan de créativité en proposant des opérations spéculatives risquées en témoigne les difficultés de trésoreries auxquelles sont confrontées différentes villes : les emprunts structurés qualifiés d’emprunts toxiques (cf. l’inteview de M. CHENAT). L’ exemple de ces taux variables est donné par la pratique consistant à indexer le taux à la parité euro / franc suisse. Cette formule peut être intéressante les premières années mais la contrepartie est le risque et voir les taux d’emprunts passer de 3,5 % à 10 %.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.