L’action du Service des achats de l’État

À l’heure du bilan de la révision générale des politiques publiques dont les réformes ont abouti à de substantielles économies, il est primordial de s’intéresser à l’action du Service des achats de l’État et à son impact à travers son rapport d’activité 2011.

La mission du SAE, créé par le décret n° 2009-300 du 17 mars 2009, est centrée sur la performance économique. Les gains d’achats pour 2011 s’élèvent à 304 millions d’euros avec comme bons élèves le ministère de la Défense (119,7 M€), le ministère de l’Économie et du Budget (57,9 M€) et le ministère de l’Intérieur (48.9 M€).

Au travers de ce rapport, on peut souligner la mise en place d’une démarche d’achats structurée en 2011 via l’élaboration d’une nouvelle cartographie interministérielle des achats de l’État sur la base des dépenses réalisées en 2010 permettant aux acheteurs de définir leurs stratégies d’achats et de mieux appréhender leurs marchés fournisseurs.

Un programme de professionnalisation des achats spécialement dédié aux établissements publics de l’État a été lancé en 2011 sous la dénomination « Opér’achat » représentant un périmètre d’environ 6 milliards d’euros d’achats. Le programme « AIDA » a quant à lui permis l’identification de bonnes pratiques et de gains sur 10 segments d’achats.

Des leviers innovants ont été déployés, à savoir le système d’acquisition dynamique, la mise en place de la dématérialisation en amont et en aval permettant de traiter l’acte de commande, la livraison, le service fait et la mise en paiement des factures et l’utilisation de la carte achat.
En termes de dématrialisation des procédures, deux projets principaux ont été développés en 2011: l’évolution de la place de marché interministérielle et la collaboration à la gouvernance de Chorus.

Par ailleurs le SAE a comme ambition d’accompagner les acheteurs dans leur démarche de développement durable. En 2011, cela s’est traduit par l’introduction de clauses sociales et environnementales dans les marchés de l’État avec l’aide des « facilitateurs ».

Dans le cadre de la professionnalisation des acheteurs, un travail ministériel a été opéré et a abouti à un document récapitulant dix principes d’actions favorisant l’accès des PME à la commande publique.

Sur la valorisation du patrimoine de l’État, l’exemple du facility management à la cité administrative d’Orléans est une bonne illustration de l’intérêt d’un marché de gestion et exploitation « maintenance multitechniques/multiservices et pilotage ». En l’espèce, la mise en œuvre d’une telle démarche a permis des gains de productivité grâce à un interlocuteur unique pour l’ensemble des besoins immobiliers, une simplification des démarches administratives et des gains budgétaires.

Le SAE rappelle enfin que la profesionnalisation des acheteurs est un levier essentiel de l’optimisation des achats de l’État grâce à des formations adaptées et résolument « économiques ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.