La chaîne de valeur budgétaire : un recours au défi managérial du contrôle de gestion quant à l’optimisation des dépenses

Francois CHAMOINFrançois Chamoin
Gérant de FC Formations Consulting

ACP Formation : L’idée d’instaurer une « chaîne de valeur budgétaire » dans le cadre de politiques publiques peut-elle représenter un défi managérial ?

François Chamoin : Les collectivités doivent optimiser leurs dépenses pour boucler leurs budgets. Mais il convient de remarquer que les gisements d’économies ne sont pas évidents à identifier et quelques fois complexes à faire émerger.

ACP Formation : Ainsi, quel sens et quels plans d’actions acter à l’optimisation notamment des dépenses ?

François Chamoin : Si la notion de performance intègre à la fois, dans le cadre de l’allocation de moyens liés à des objectifs pour l’obtention de résultats, les notions de pertinence, d’efficience et d’efficacité, le sens même de la mission dévolue, peut-il à ce niveau induire une première démarche à proposer, à instaurer ?

La notion de missions s’intègrerait alors vraisemblablement dans le cadre d’une approche visant à maximiser la performance au premier équivalent temps plein. La question de la nécessité d’un poste deviendrait alors obsolète au profit d’une approche plus dimensionnelle impliquant d’identifier la nature de chaque activité.

ACP Formation : Quelles seraient alors les activités nécessaires et indispensables dans le cadre d’une mission bien identifiée ?

François Chamoin : Cette proposition, au-delà de la maxime de « rendre un service public différent », le plus souvent inappliqué pour ne pas impacter l’emploi dans un contexte donné, pourrait-elle aider à l’instauration de nouvelles marges de manœuvre dans le cadre de l’optimisation de la dépense publique locale, avec l’idée de mieux gérer les deniers publics, « en faisant plus avec autant, voire moins de moyens », et ce sous le contrôle des élus.

Pour être efficace, l’allocation de moyens inhérents à ces activités bien identifiées doit avoir pour corollaire de traquer toutes sources d’économies grâce à des préceptes de meilleure gestion, des changements d’habitude chez les agents dans le cadre des activités retenues ?

La notion d’efficience intervenant alors dans le chiffrage de ces moyens.

C’est là qu’est indispensable le contrôle de gestion budgétaire : assurer la mise et le suivi de l’application de ces nouvelles approches.

En effet, hormis l’objectif de contrôler le chiffrage des économies à réaliser, la difficulté pourrait résider dans le contrôle du suivi des objectifs, d’où la nécessité d’instaurer des outils pour surveiller la réalisation et aussi mobiliser les équipes, chose toujours difficile à réaliser.

Dans cette optique, cette « chaîne de valeur budgétaire » entraînerait un vrai défi managérial impliquant l’élaboration d’indicateurs d’évaluation pour examiner la performance des politiques publiques, et vers un contrôle de gestion de plus en plus performant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.