Le blog de la performance publique

Quelle maturité des acteurs publics et privés en matière d’achats responsables ?

| 0 Commentaires

Le baromètre 2017 de l’Observatoire des Achats Responsables révèle plusieurs avancées en terme d’achats responsables. Les résultats présentés le 2 février dernier (sur la base de 1200 répondants dont 372 issus du secteur public) montrent une bonne progression de cette pratique qui reste toutefois perfectible.

Comme chaque année, on note une amélioration de la connaissance du sujet (+ 4 points, soit 89% des acheteurs) sans doute lié aux efforts de sensibilisation, aux retours d’expériences et à la meilleure utilisation des référentiels.

Cela se traduit par une meilleure diffusion en interne (82%), la formalisation d’objectifs (71%), le suivi d’indicateurs (64%) et le développement d’outils spécifiques (61%).

Les achats responsables sont désormais une priorité pour 43% des acheteurs (+ 1 point par rapport à l’année dernière), à égalité avec la réduction des coûts, suivi par l’amélioration de la qualité (20%) et l’innovation (13%).

Pour la majorité des acheteurs (49%), les achats responsables sont un des éléments de leur politique d’achats, encore très orientée sur la réduction des coûts.

Dans la continuité des résultats de l’année dernière, les achats responsables et la maitrise des coûts ne sont plus perçus comme incompatibles. D’ailleurs, on note une meilleure approche du coût global pour 71% des acheteurs. Compte tenu du net recul du frein lié aux contraintes budgétaires, on constate la prise de conscience que malgré un investissement de départ plus élevé, les achats responsables permettent de réaliser des économies sur le long terme. Une note sur le calcul du coût global pour aider les acheteurs est en cours de préparation car seulement 47% des acheteurs intègrent la fin de vie du produit.

Parmi les différentes composantes des achats responsables qui progressent, on citera :

  • la responsabilité sociale, y compris l’insertion des personnes éloignées de l’emploi (+ 8 points)
  • les critères environnementaux (+11 points)
  • la maitrise du risque, notamment sur le pays d’origine (+ 6 points)
  • l’importance accordée à la lutte contre la corruption (85% des acheteurs).

 

Pour aller plus loin et développer vos compétences en la matière, découvrez nos formations en la matière:

 

Laisser un commentaire

Champs Requis *.