La déclaration d’intention de commencement des travaux

À l’appui d’un décret n° 2011-1241 du 5 octobre 2011 relatif à l’exécution de travaux à proximité de certains ouvrages souterrains, aériens ou subaquatiques de transport ou de distribution, il nous paraissait opportun d’apporter, à nos lecteurs, un panorama des conditions de travaux réalisés à proximité des réseaux susmentionnés.

Ces travaux sont effectués dans des conditions qui ne sont pas susceptibles de porter atteinte à la continuité de fonctionnement de ces réseaux, à l’environnement, à la sécurité des travailleurs et des populations situées à proximité du chantier ou à la vie économique. (Art. L.554-1)

Lorsque des travaux sont réalisés à proximité d’un réseau mentionné, des dispositions techniques et organisationnelles sont mises en œuvre, dès le début du projet et jusqu’à son achèvement, sous leur responsabilité et à leurs frais, par le responsable du projet de travaux, par les exploitants des réseaux et par les entreprises exécutant les travaux.

A – Le champ d’application de la DICT :

Ouvrage : tout ou partie de canalisation, ligne, installation appartenant à une des catégories mentionnées au I ou au II de l’article R. 554-2 ainsi que leurs branchements et équipements ou accessoires nécessaires à leur fonctionnement ;

– ouvrage en service : ouvrage dont l’exploitation n’est pas définitivement arrêtée ;

– responsable d’un projet : personne physique ou morale, de droit public ou de droit privé, pour le compte de laquelle les travaux sont exécutés, ou son représentant ayant reçu délégation ;

– exécutant des travaux : personne physique ou morale assurant l’exécution des travaux ;

– déclarant : personne physique ou morale effectuant la déclaration de projet de travaux ou la déclaration d’intention de commencement de travaux prévues respectivement aux articles R. 554-21 et R. 554-25 ;

« – emprise des travaux : extension maximale de la zone des travaux prévue par le responsable du projet ou par l’exécutant des travaux, y compris les zones de préparation du chantier, d’entreposage et de circulation d’engins ;

– zone d’implantation d’un ouvrage : la zone contenant l’ensemble des points du territoire situés à moins de 50 mètres du fuseau de l’ouvrage. Pour les ouvrages linéaires, il est retenu une zone de largeur constante contenant l’ensemble des points situés à moins de 50 mètres du fuseau de l’ouvrage ;

– fuseau d’un ouvrage ou d’un tronçon d’ouvrage : volume contenant l’ouvrage ou le tronçon d’ouvrage déterminé à partir de sa localisation théorique, de ses dimensions, de son tracé, compte tenu de l’incertitude de sa localisation, et, pour un ouvrage aérien, de sa mobilité selon l’environnement dans lequel il est situé.

– travaux sans impact sur les réseaux souterrains : travaux entrant dans l’une des catégories suivantes :
a) Travaux ne comportant ni fouille, ni enfoncement, ni forage du sol et ne faisant subir au sol ni compactage, ni surcharge, ni vibrations susceptibles d’affecter les réseaux souterrains ;
b) Travaux en sous-sol consistant uniquement à ajouter, enlever ou modifier des éléments à l’intérieur de tubes, fourreaux, galeries techniques, existants et souterrains, à condition que ces travaux ne soient en aucun cas susceptibles d’affecter l’intégrité externe ou le tracé de ces infrastructures ;

c) Pose dans le sol à plus d’un mètre de tout affleurant de clous, chevilles, vis de fixation de longueur inférieure à 10 cm et de diamètre inférieur à 2 cm ;

d) Remplacement à plus d’un mètre de tout affleurant de poteaux à l’identique, sans creusement supérieur à celui de la fouille initiale en profondeur et en largeur, et à condition que le creusement ne dépasse pas 40 cm de profondeur ;

– travaux suffisamment éloignés d’un réseau aérien : travaux dont l’emprise :
a) Ne s’approche pas à moins de 5 mètres du fuseau du réseau, en projection horizontale, si les travaux ne sont pas soumis à permis de construire ;
b) Est située intégralement à l’extérieur de la zone d’implantation du réseau, si les travaux sont soumis à permis de construire. »

B – L’existence d’un guichet unique :

Il est instauré, au sein de l’Institut national de l’environnement industriel et des risques, dans le cadre d’une mission de service public qui lui est confiée pour contribuer à la préservation de la sécurité des réseaux, un guichet unique rassemblant les éléments nécessaires à l’identification des exploitants des réseaux mentionnés au I de l’article L. 554-1.

Les communes tiennent à la disposition des personnes qui prévoient des travaux sur leur territoire et qui ne disposent pas d’un accès électronique au guichet unique la liste des exploitants de réseaux présents sur le territoire de la commune, ainsi que les informations concernant ces derniers dont ces personnes ont besoin pour répondre aux obligations

L’exploitant de tout ouvrage communique au guichet unique, pour chacune des communes sur le territoire desquelles se situe cet ouvrage, sa zone d’implantation et la catégorie mentionnée à l’article R. 554-2 dont il relève ainsi que les coordonnées du service devant être informé préalablement à tous travaux prévus à sa proximité. Dans le cas des ouvrages sensibles pour la sécurité mentionnés au I de l’article R. 554-2, ces coordonnées comprennent obligatoirement un numéro d’appel permettant en permanence un contact immédiat avec l’exploitant afin de lui signaler des travaux urgents ou l’endommagement accidentel de l’ouvrage.

« L’exploitant d’un ouvrage mentionné au II de l’article R. 554-2 peut demander au guichet unique son enregistrement en tant qu’ouvrage sensible, en raison des conséquences importantes qui pourraient résulter de son endommagement pour la sécurité des personnes et des biens, pour la protection de l’environnement ou pour la continuité de son fonctionnement. Si le service classe l’ouvrage comme ouvrage sensible, toutes les règles relatives aux ouvrages sensibles pour la sécurité fixées par le présent chapitre s’appliquent alors à cet ouvrage.

Les obligations de l’exécutant des travaux

L’exécutant des travaux consulte le guichet unique, directement ou par l’intermédiaire d’un prestataire ayant passé une convention avec celui-ci afin d’obtenir la liste et les coordonnées des exploitants des ouvrages en service.

L’exécutant des travaux adresse une déclaration d’intention de commencement de travaux à chacun des exploitants d’ouvrages en service et dont la zone d’implantation est touchée par l’emprise des travaux

Le contenu de la DICT :

La déclaration d’intention de commencement de travaux reprend, dans le volet relatif à la déclaration de projet de travaux, exactement les mêmes informations que celles portées dans la déclaration de projet de travaux à laquelle elle se rapporte. Elle comporte l’indication aussi précise que possible de la localisation et du périmètre de l’emprise des travaux et de la nature des travaux et techniques opératoires prévus.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.