Gilles DUVAQUIER, Acheteur public au Ministère de la Défense.

Gilles DuvaquierACP FORMATION : Quelle politique achats poursuit le Ministère de la Défense ?

Gilles DUVAQUIER : L’ambition de la réforme est de permettre aux clients internes de la fonction achats de bénéficier d’un service au moins équivalent à moindre coût tout en veillant en permanence à satisfaire aux besoins des formations opérationnelles, tant pour leur projection que pour leur préparation.

Des bénéfices sont attendus en termes de qualité de service, notamment en rationalisant la chaîne d’approvisionnement, en optimisant les processus et en réduisant la charge des services facturiers. Les économies attendues sont de 5 à 10 % des dépenses d’achats à l’horizon 2014-2015. Des bénéfices sont également attendus par la préparation et l’accompagnement des externalisations.

Cette réforme s’inscrit dans le cadre du premier conseil de modernisation des politiques publiques (le 12 décembre 2007), où l’État a décidé de mener une action vigoureuse pour professionnaliser la fonction achats et rechercher une réduction des dépenses.

ACP FORMATION : Comment le Ministère de la Défense a t-il réorganisé sa fonction achats ?

Gilles DUVAQUIER : Sous l’impulsion de la réforme des achats du ministère, l’organisation de la fonction achats a profondémment évolué. Elle se caractérise aujourd’hui par un pilotage centralisé de la fonction, une rationnalisation du nombre de pouvoirs adjudicateurs(PA), un recentrage des domaines de compétences et une réorganisation des fonctions.

Un pilotage centralisé de la fonction

La politique achats du ministère est décidée par le Secrétaire Général pour l’Administration (SGA) et le directeur adjoint au SGA en comité des achats. Celle-ci est mise en œuvre par le Responsable ministériel des achats (RMA),chef de la Mission achats conformément aux orientations définies par le service des achats de l’État (SAE). Elle est déclinée au niveau des entités sous forme de plans d’actions dans les domaines de la stratégie et de la performance achats, de la professionnalisation, de l’accompagnement des PME et des externalisations et de l’achat responsable.

Une rationnalisation du nombre de PA

Pour une mise en œuvre d’achats efficace et économiquement performants, la fonction achats du ministère a décidé de mettre fin à la dispersion et à l’éparpillement des achats. Les principaux Pouvoirs Adjudicateurs (PA) sont aujourd’hui une centaine.

Un recentrage des domaines de compétence

La diminution du nombre de PA constitue le préalable à une redéfinition des domaines de compétence des entités achats du ministère. En 2010, On distingue les achats de soutien courant assurés par les bases de défense (expression et exécution des besoins), contractualisés et liquidés par les Plates-Formes Achats Finances (PFAF) du Service du Commissariats aux Armées (SCA) et les achats cœur de métier, dont la compétence exclusive ressort de certaines entités (par exemple la DIRISI pour l’informatique).

Une réorganisation des fonctions

Parallèlement à ce double mouvement de rationnalisation du nombre de PA et de recentrage des domaines de compétences, les entités se sont elles-même réorganisées. On peut noter à titre d’exemple:

  • la création des Plates-formes achats finances (PFAF)
  • la création du Service d’infrastructure de la défense (SID)
  • la création du Service parisien de l’administration centralisé (SPAC)…

Cette réorganisation a permis d’adopter une nouvelle configuration permettant de mieux répondre au principe de segmentation des achats.

ACP FORMATION : Quelles sont les actions du Ministère pour optimiser la performance économique ?

Gilles DUVAQUIER : Pour répondre à ce nouvel objectif, la fonction achats du Ministère de la Défense est associée à plusieurs actions :

  • mesure de la performance économique des nouveaux marchés passés par les entités achats du ministère ;
  • réalisation du reporting achats des gains réalisés ;
  • mise en œuvre du dialogue de gestion avec les entités achats ;
  • participation à l’élaboration des indicateurs du tableau de bord du ministre avec la mission d’aide au pilotage ;
  • association aux travaux interministériels avec le recensement des marchés ;
  • pilotage du recensement des marchés.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.